Date N’Prairie est un nouvel outil gratuit qui permet de positionner au plus juste la date du premier apport d’azote sur prairies à base de graminées. Grâce à Date N’Prairie, les éleveurs et conseillers d’élevage disposent en quelques secondes de la date optimale pour assurer une production fourragère de qualité dès le premier cycle de la culture.

Simple et précis

Date N’Prairie est un outil gratuit en accès libre sur Internet mis au point par ARVALIS – Institut du végétal destiné aux éleveurs et conseillers d’élevage. Cet outil permet d’estimer rapidement la date du premier apport d’azote sur les prairies à base de graminées. Il s’agit d’un site web accessible librement et gratuitement depuis un smartphone, un ordinateur ou une tablette avec les caractéristiques suivantes :

• Simple et rapide : il suffit à l’utilisateur de renseigner son code postal pour obtenir instantanément sa date d’apport
• Précis : Date N’Prairie calcule la date optimale du 1er apport d’azote, correspondant à la date prévisionnelle à partir de laquelle 200°C cumulés sont atteints, et indique si l’année est précoce ou tardive. Le calcul se base sur les données de la station météo la plus proche fournies par le réseau constitué de Météo France, d’ARVALIS et de leurs partenaires. Il est actualisé quotidiennement.
• Ergonomique : son affichage en responsive design lui permet de s’adapter à tous les types d’écrans

Des bases techniques solides

Un apport d’azote minéral ou organique à la bonne date, dès les 200°C cumulés permet de satisfaire les besoins des plantes dès la reprise de végétation. Ce positionnement précis de l’apport d’azote assure une production fourragère de qualité dès le premier cycle de croissance en fauche ou en pâture. En valorisant des données météos actualisées tous les jours, Date N’Prairie est un véritable outil pour apprécier la précocité ou la tardiveté de l’année.

Au moment où démarre la croissance, le besoin d’azote des jeunes plantes est faible, mais le besoin par kg de matière sèche à produire est élevé (loi de dilution), le sol est encore froid et fournit peu d’azote. Par ailleurs, le système radiculaire en cours de formation ne permet d’explorer qu’un faible volume de sol. Par conséquent, pour éviter tout ralentissement de croissance dont les effets sur la quantité d’herbe récoltée sont préjudiciables, l’apport d’azote pour le premier cycle de croissance ne doit pas être trop tardif. Il ne doit pas non plus être trop précoce au risque d’engendrer des pertes par volatilisation ou dénitrification.
Des travaux conduits par l’ITCF dans les années 1980 ont montré que l’apport d’azote sur des prairies à base de graminées à une date correspondant à une somme de températures de 200°C (base 0°C) depuis le 1er janvier était le meilleur compromis (ZIEGLER et al., 1987). Les expérimentations conduites par ARVALIS – Institut du végétal en 2008 et 2009 sur 3 sites : La Jaillière (Loire-Atlantique), Jeu-les-Bois (Indre) et Saint-Hilaire en Woëvre (Meuse) ont confirmé la validité de cette préconisation (Protin et al., 2009). Le conseil apporté a d’ailleurs été apprécié en 2010 et 2011, années où la production du premier cycle a été déterminante pour reconstituer les stocks fourragers compte tenu des sécheresses printanières observées dans de nombreuses régions.

Découvrez Date N’Prairie en accès libre sur : www.datenprairie.arvalis-infos.fr